Les afterwork savants de la SSHA - Replay - SSHA
23592
page-template-default,page,page-id-23592,bridge-core-2.7.4,bridge,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,vss_responsive_adv,vss_width_768,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-25.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-7.3,vc_responsive
 

Présentation :

 

Eco-conception pour des produits durables

 

Les produits que nous achetons, consommons et jetons in fine, se doivent d’être aujourd’hui éco-conçus pour fournir au client des fonctionnalités ayant leur juste utilité, pour contribuer à son bien-être et à sa santé tout en respectant l’environnement au sens le plus large.
Origine des matières premières, procédés de transformation, distribution, usage fait par le consommateur, et fin de vie des produits sont maintenant au cœur des stratégies des entreprises sous la pression médiatique, des réseaux sociaux et d’une jeunesse en quête de sens.

Réelle prise de conscience ou marketing politique, financier et industriel ?

 

De la limitation des ressources de la planète au traitement et recyclage de nos déchets, nous aborderons le thème de l’économie circulaire à travers plusieurs exemples de filières industrielles telles que la chimie dont les plastiques, la cosmétique, le l’habillement, les peintures.

Cette édition sera présentée par PHILIPPE GIRARDON, Président de l’ACIA, Secrétaire Général de la SECF, administrateur de l’École de Biologie Industrielle (Cergy), ancien Fellow du Groupe Air Liquide expert en technologie alimentaire  

 

Formation ; Institut Agro Dijon, anciennement ENSBANA (École Nationale Supérieure de Biologie Appliquée à la Nutrition et à l’Alimentation)

La SSHA c’est …. Une Société Savante historique reconnue d’utilité publique, créée en juillet 1904 dans la mouvance hygiéniste du XIXème siècle, qui est encore au XXIème siècle, au cœur de l’actualité.

 

Quoi de plus actuel en effet que son objet : l’Alimentation, l’Hygiène et la Santé ?

 

Au fil du temps cet objet s’est décliné :

  • dans des recherches – Lucie Randoin y a « découvert » la Calorie dans sa chambre calorimétrique, puis édité en 1937 la table de composition des aliments
  • dans de l’enseignement et de la formation professionnelle continue,
  • dans des publications.
  • dans le soutien de thèses

 

Et bien d’autres choses…

Présentation :

 

Sport et Microbiote – ce qu’il faut savoir en 2023 

Chaque personne possède dans son appareil digestif de très nombreuses bactéries virus, parasites et champignons non-pathogènes qui forment ensemble un vrai écosystème appelé flore intestinale ou maintenant plus communément microbiote. Notre tube digestif abrite pas moins de 1013 micro-organismes (plus d’un billion) selon l’Inserm, soit autant que le nombre de cellules qui constituent notre corps

 

Une analyse des données d’une trentaine d’études a indiqué des différences notables dans le microbiote entre les athlètes et les personnes menant une vie sédentaire : les athlètes avaient une plus grande diversité du microbiote, un lien a été trouvé avec une augmentation de la diversité α chez les professionnels et les athlètes hautement qualifiés, avec le contenu relatif de séries de bactéries (Methanobrevibacter smithii chez les cyclistes professionnels ; Parabacteroides, Phascolarctobacterium, Oscillibacter, Bilophila, Megasphaera chez les athlètes de haut niveau en arts martiaux de wushu ; Eubacterium rectale, Polynucleobacter needarius, Faecalibacterium prausnitzii, Bacteroides vulgatus, Gordonibacter massiliensis chez les athlètes de niveau international de divers sports), et certains genres de bactéries ont été identifiées (Parabacteroides, Phascolarctobacterium, Besilibacterium).

 

Les micro-organismes intestinaux affectent de manière significative la nutrition de l’hôte, la fonction métabolique, le système immunitaire et les niveaux redox, et peuvent être modulés par plusieurs conditions environnementales, y compris l’activité physique et l’exercice.

 

L’exercice physique est un modulateur positif possible de la composition du microbiote intestinal,

 

Le microbiote peut influencer la physiopathologie de plusieurs organes à distance dont le muscle squelettique avec régulation de l’anabolisme et de la fonction musculaire, médié par le système immunitaire, lui-même influencé par la composition du microbiote intestinal. Le rôle des AGCC dont le n butyrate semble important pour beaucoup d’auteurs en tant que régulateur clé de la production d’énergie et de la fonction mitochondriale.

 

Le microbiote agit également comme un organe endocrinien et est sensible aux changements homéostatiques et physiologiques liés à l’entraînement ; à son tour, il a été démontré que l’exercice augmente la diversité du microbiote, améliorant ainsi le profil métabolique et les réponses immunologiques D’autre part, l’adaptation à l’exercice pourrait être influencée par le microbiote intestinal individuel qui régule l’équilibre énergétique et participe au contrôle de l’état inflammatoire, redox et hydrique. L’exercice d’endurance intense entraîne des exigences physiologiques et biochimiques et nécessite des mesures adéquates pour contrer le stress oxydatif, la perméabilité intestinale, le déséquilibre électrolytique, l’épuisement du glycogène, les infections fréquentes des voies respiratoires supérieures, l’inflammation systémique et les réponses immunitaires. Le microbiote pourrait être un outil important pour améliorer la santé générale, les performances et la disponibilité de l’énergie tout en contrôlant l’inflammation et les niveaux redox chez les athlètes d’endurance. La relation entre le microbiote intestinal, la santé générale, l’adaptation à l’entraînement et la performance, ainsi qu’un accent sur les suppléments sportifs connus pour exercer une certaine influence sur le microbiote, seront discutées.

 

Au final, on note des relations complexes entre l’exercice et le microbiome et ses implications possibles sur la performance sportive sont examinées et discutées. On parlera des améliorations récentes et substantielles des connaissances dans ce domaine depuis ces dernières années.

 

Cette édition sera présentée par Dr Frédéric DEPIESSE, Médecin du sport

 

Médecin du sport, physiologiste de l’Exercice, spécialiste en Médecine Physique et de Rééducation (MPR)

Praticien Hospitalier en MPR au CH de Chalons en Champagne ,et Médecin du sport à l’Institut Mutualiste de Montsouris à Paris .

Impliqué dans le sport de haut-niveau au long de sa carrière dans le monde fédéral sportif depuis 30 ans

Participe comme médecin aux JO de 2008 avec l’équipe Olympique d’Athlétisme,

Membre des Commissions Médicales Françaises, Européennes et Mondiales des fédérations d’Athlétisme de 2004 à 2019.

Médecin fédéral national la Fédération Française de Hockey et la Fédération Française du Sport Universitaire.

Il s’intéresse aussi au sport loisir et depuis une vingtaine d’année au sport pour la santé puis à l’activité physique pour la santé, sur lesquels il a rédigé plusieurs ouvrages de référence.

Conseiller scientifique pour la collection de médecine du sport chez les éditions Elsevier-Masson où il a écrit et collaboré à de nombreux livres. (www.elsevier-masson.fr/sport)

Il conseille aujourd’hui le CNOSF et le MédicoSport-Santé ( accessible sur Vidal.fr) créé par Alain CALMAT en 2011-dont il est co-fondateur.

 

La SSHA c’est …. Une Société Savante historique reconnue d’utilité publique, créée en juillet 1904 dans la mouvance hygiéniste du XIXème siècle, qui est encore au XXIème siècle, au cœur de l’actualité.

 

Quoi de plus actuel en effet que son objet : l’Alimentation, l’Hygiène et la Santé ?

 

Au fil du temps cet objet s’est décliné :

  • dans des recherches – Lucie Randoin y a « découvert » la Calorie dans sa chambre calorimétrique, puis édité en 1937 la table de composition des aliments
  • dans de l’enseignement et de la formation professionnelle continue,
  • dans des publications.
  • dans le soutien de thèses

 

Et bien d’autres choses…

Présentation :

 

Comment le procédé et la formulation peuvent-ils influencer la viabilité et la fonctionnalité des bactéries lactiques dans les aliments.

Par Claire GAIANI

 

Les capacités adhésives des bactéries sont indissociables de leur survie au sein de nombreux environnements. Elles leur permettent de se nourrir, de se déplacer, de résister au stress et de coloniser différents milieux. Les interactions adhésives bactéries-hôte sont responsables de la mise en place d’infections dans le cas des bactéries pathogènes, mais peuvent aussi générer des bénéfices santé chez l’hôte dans le cas de bactéries probiotiques, telles que les bactéries lactiques (LAB).

Les LAB forment un groupe de bactéries Gram positif, non sporulantes qui produisent de l’acide lactique comme composé principal de leur catabolisme. Elles sont très utilisées comme levains en agroalimentaire et, plus récemment, ont suscité un intérêt accru du fait de leur potentiel probiotique. Afin de prodiguer leurs effets santé à l’hôte, ces bactéries doivent arriver dans l’intestin à la fois vivantes et fonctionnelles. Des stratégies ont donc été développées afin d’assurer leur protection jusqu’à leur relargage dans l’intestin. Récemment, des phénomènes d’adhésion ont également été observés entre LAB et composants de la matrice alimentaire, notamment au sein de certaines viandes, céréales et produits laitiers. Ces interactions sont susceptibles de jouer un rôle important en termes de protection et d’efficacité de relargage des probiotiques dans l’intestin, qui a été mis en avant par plusieurs revues de la littérature. Des études récentes ont montré que l’adhésion bactérienne aux composants alimentaires pouvait notamment moduler la distribution des bactéries dans l’aliment, modifier les propriétés rhéologiques de la matrice, et entrer en compétition avec l’adhésion aux cellules intestinales. Ces interactions adhésives sont possibles grâce à la présence de protéines à la surface des cellules bactériennes, dont font partie les pili. Ces protéines de surface sont sensibles au stress pouvant être généré lors de certaines étapes industrielles de fabrication alimentaire ou fermentaire, susceptibles d’endommager la paroi des cellules et donc d’engendrer une diminution des capacités adhésives bactériennes. L’atomisation de suspensions bactériennes, en particulier, ainsi que les étapes de brassage du lait génèrent un stress de cisaillement conduisant à des modifications significatives de la surface bactérienne. Cependant, la majorité des études menées jusqu’à présent sur l’adhésion bactérienne aux composants de l’aliment se sont concentrées seulement sur quelques souches. Il est par conséquent difficile d’avoir une vision d’ensemble du phénomène d’adhésion bactérienne aux composants de la matrice alimentaire à l’échelle de groupes de souches, tels que le groupe LAB. Le développement d’outils permettant de caractériser l’adhésion et ses effets sur les bactéries au sein de matrices alimentaires répondrait donc au besoin de l’industrie de mieux comprendre les conditions permettant d’améliorer ou de réduire la viabilité et la fonctionnalité des bactéries probiotiques à l’échelle du groupe LAB. En particulier, une meilleure compréhension de l’impact d’étapes industrielles génératrices de stress pour les bactéries permettrait d’optimiser les procédés de fabrication en vue d’un meilleur relargage des probiotiques dans le tractus intestinal.

 

 

La SSHA c’est …. Une Société Savante historique reconnue d’utilité publique, créée en juillet 1904 dans la mouvance hygiéniste du XIXème siècle, qui est encore au XXIème siècle, au cœur de l’actualité.

 

Quoi de plus actuel en effet que son objet : l’Alimentation, l’Hygiène et la Santé ?

 

Au fil du temps cet objet s’est décliné :

  • dans des recherches – Lucie Randoin y a « découvert » la Calorie dans sa chambre calorimétrique, puis édité en 1937 la table de composition des aliments
  • dans de l’enseignement et de la formation professionnelle continue,
  • dans des publications.
  • dans le soutien de thèses

 

Et bien d’autres choses…

Présentation :

 

Les cyanobactéries : pour le meilleur et pour le pire

Par Jean Marc FREMY

 

Ce ne sont plus tout à fait des bactéries, ces bactéries bleu vertes, appelées même “algues bleu vertes”. En effet il y a 2,5 milliards d’années proliférant dans l’eau de notre jeune planète ces bactéries ont “inventé” un organite chlorophyllien, les rendant donc capable de faire la photosynthèse. Elles ont ainsi initié le processus d’utilisation du CO2 alors majoritaire et la production d’O2, faisant basculer l’atmosphère de cette planète : bénéfice inestimable. Elles sont aussi bourrées de nutriments et consommées depuis des siècles par des populations. La face sombre est que certaines espèces produisent des toxines capables de provoquer des désordres graves chez les animaux et surtout l’être humain, tels que l’OMS et les autorités sanitaires ont été amenées à réglementer cette occurrence toxique. Ce risque est accentué avec leur prolifération du fait de l’évolution climatique associant élévation du CO2 et de la température. Néanmoins, des technologies innovantes sont en cours d’application basées sur leur aptitude photosynthétique, pour produire de l’O2 en milieux hostile ou confiné : un retour vers le futur…

 

La SSHA c’est …. Une Société Savante historique reconnue d’utilité publique, créée en juillet 1904 dans la mouvance hygiéniste du XIXème siècle, qui est encore au XXIème siècle, au cœur de l’actualité.

 

Quoi de plus actuel en effet que son objet : l’Alimentation, l’Hygiène et la Santé ?

 

Au fil du temps cet objet s’est décliné :

  • dans des recherches – Lucie Randoin y a « découvert » la Calorie dans sa chambre calorimétrique, puis édité en 1937 la table de composition des aliments
  • dans de l’enseignement et de la formation professionnelle continue,
  • dans des publications.
  • dans le soutien de thèses

 

Et bien d’autres choses…