Comprendre le Nutri-Score : Intérêts et Limites - SSHA
24025
post-template-default,single,single-post,postid-24025,single-format-standard,bridge-core-2.7.4,bridge,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,vss_responsive_adv,vss_width_768,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-25.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-7.3,vc_responsive

Comprendre le Nutri-Score : Intérêts et Limites

Qu’est-ce que le Nutri-Score ?

Cela ne vous a certainement pas échappé, on le retrouve sur de plus en plus de produits en supermarché.
C’est une note de A à E avec un code couleur bien défini qui permet en un coup d’œil de savoir si le produit que l’on souhaite acheter est favorable ou non pour notre santé. Enfin, c’est la promesse de cet indicateur, mais est-ce vraiment aussi simple ? Il suffirait de ne manger que des aliments notés A ou B pour être en bonne santé ? Comment bien interpréter le Nutri-Score et en comprendre les limites ? C’est le but de cet article.

Comment se calcule Nutri-Score d’un produit ?

Le Nutri-Score, comme laisse à penser son nom, se calcule sur l’apport nutritionnel d’un produit pour 100g. Il prend en compte la teneur en nutriments à favoriser comme les fibres et les protéines, ainsi que la teneur en nutriments à consommer en moindre quantité comme les calories, le sucre, le sel, les acides gras saturés, etc.

C’est à partir de ces éléments qu’est déterminé si le produit concerné sera A, B, C, D ou E.

Les produits concernés par le Nutri-Score

Il faut bien noter que le Nutri-Score ne concerne que les produits transformés. Les fruits et légumes, les œufs, etc., ne peuvent pas avoir de Nutri-Score. Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que le mieux restera toujours de transformer des produits bruts en plats nous-mêmes et de favoriser la cuisine maison.
Ce n’est malheureusement pas toujours possible, et c’est pour cela qu’il peut être intéressant d’utiliser cet outil.

Comment bien utiliser le Nutri-Score ?

Le Nutri-Score ne doit pas être utilisé comme référence mais comme indicateur de comparaison entre des produits d’une même famille ou des produits consommés aux mêmes occasions (comparer les desserts avec les desserts, les plats avec les plats…).
Un Nutri-Score D ou E n’indique pas un produit à proscrire ; les huiles, par exemple, peuvent être notées C, D ou E, et elles sont importantes pour notre santé (voir notre article sur les huiles).
Il n’est pas nécessaire, ni recommandé de ne consommer que des produits notés A ou B.

Les limites du Nutri-Score

Le Nutri-Score ne prend pas en compte :

  • Le degré de transformation d’un produit ; or, il faut éviter les produits ultra-transformés.
  • Les additifs dans les produits. C’est-à-dire qu’un produit rempli d’additifs mais avec les bonnes doses de fibres et de protéines, et une présence assez faible d’acides gras saturés, peut être très bien noté tout en étant mauvais pour la santé.
  • Les portions ; il est uniquement calculé sur les apports nutritifs pour 100g.
  • Les besoins nutritifs personnels. Tout le monde n’a pas les mêmes besoins.
  • Les aliments traditionnels : le fromage, par exemple, peut avoir une forte teneur en gras et donc avoir une mauvaise note, ce qui peut donner une mauvaise image d’un produit qui, consommé sans excès, n’est pas mauvais.

De plus, les industriels ont bien compris l’intérêt marketing d’avoir un Nutri-Score A ou B et vont donc influer volontairement sur les recettes de certains produits en ajoutant des fibres ou en remplaçant le sucre par des édulcorants pour jouer sur la méthode de calcul et ainsi gagner des points sur leur Nutri-Score. Les industriels vont donc privilégier la notation plutôt que la qualité nutritive.

Le Nutri-Score n’est pas un indice de référence ultime

Le Nutri-Score est un indice de comparaison et peut en effet permettre en un coup d’œil de comparer certains produits issus d’une même catégorie, mais en aucun cas il ne peut être utilisé comme un guide pour « bien manger » ou comme une référence ultime. Il est important pour le consommateur de comprendre la méthode de calcul de cet indicateur, comprendre qu’un produit avec une note basse n’est pas à proscrire, ni même qu’un produit noté A est à consommer sans modération. Le mieux reste encore de regarder soi-même les ingrédients, de faire attention aux additifs et de prendre le temps de comparer les apports nutritionnels des produits consommés.
Rappelons-nous que l’équilibre alimentaire se fait en observant l’alimentation sur plusieurs jours et non sur un seul produit ou repas isolé. La nutrition est complexe et un indicateur aussi simpliste que le Nutri-Score ne peut régir nos manières de consommer ni même notre compréhension de la nutrition.
Il faut donc utiliser le Nutri-Score pour ce que c’est : un indicateur rapide permettant de comparer des produits sur des bases de calculs similaires, à savoir les nutriments contenus dans 100g de produit ainsi que les taux de sel, sucre, calories et acides gras saturés, et non pas une manière de savoir ce qu’il faut ou non manger.

 

 

 

 

 

Pur aller plus loin :

https://www.mangerbouger.fr/manger-mieux/s-informer-sur-les-produits-qu-on-achete/choisir-ses-produits-avec-le-nutri-score/qu-est-ce-que-le-nutri-score

https://sante-pratique-paris.fr/nutrition/comment-mieux-gerer-ses-habitudes-alimentaires-avec-le-nutri-score/