PEC12 : Prise en charge diététique des maladies psychiatriques et des addictions - SSHA
23065
post-template-default,single,single-post,postid-23065,single-format-standard,bridge-core-2.7.4,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,vss_responsive_adv,vss_width_768,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-25.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

PEC12 : Prise en charge diététique des maladies psychiatriques et des addictions

Formation présentée par Marie-Laure Desaissement , diététicienne-nutritionniste

La prise en charge diététique de patients atteints de maladies psychiatriques et/ou d’addictions donne lieu à grand nombre de réflexions, à peu près autant qu’il y a d’individu sujet à ces pathologies. Il est donc nécessaire de faire du cas par cas dans ces situations. L’intérêt de cette formation est d’avoir un bagage conséquent pour bien orienter la prise en charge et permettre une réflexion plus poussée sur le sujet, en sortant des conventions diététiques que l’on pourrait qualifier de « classiques ».

La formation s’étend sur 2 jours et s’articule de la manière suivante :

Jour 1 : Introduction à la Pleine Conscience, à la psychiatrie, remise en question des régimes au travers de différentes études, déconstruction de préjugées concernant le surpoids, l’obésité et introduction à de nouvelles pratiques plus vertueuse.

Après le traditionnel tour de table pour faire connaissance, Marie-Laure Desaissement nous explique comment va s’articuler la formation et demande si un sujet nous intéresse particulièrement afin de le traiter pour répondre au mieux aux besoins des apprenants. La première journée va servir à apporter les bases nécessaires à la suite de cette formation, nous allons aborder les bases de la psychiatrie ainsi que les différents niveaux de prises en charges de patient.

Mais ce n’est pas tout, il y aura aussi beaucoup de remise en question des préjugées diététiques, notamment vis-à-vis des régimes et du surpoids avec des informations et études scientifiques importantes pour justifier cela et pour aider les patients pris en charge à mieux comprendre leur corps. Toute cette déconstruction a pour but d’introduire de nouvelles pratiques diététiques, notamment liées à l’écoute de soi et la Pleine Conscience. Ce qui est très enrichissant, c’est le temps accordé régulièrement au cours de la formation pour recueillir les doutes, les expériences et les questions de chacun, ce qui favorise le brainstorming général, c’est très stimulant et cela crée une réelle émulsion au sein du groupe.

Il y a également des moments plus « pratique » pour illustrer la Pleine Conscience, l’importance de la dégustation et de prendre le temps dans l’acte alimentaire avec l’importance d’utiliser ses sens et de se concentrer sur l’action de manger.

Jour 2 : Application et spécification des différentes maladies psychiatriques, définition de l’addiction et des effets de celles-ci sur le corps et l’alimentation, comment réagir pour améliorer la prise en charge de ces patients.

La deuxième journée est plus centrée sur les troubles psychiatriques et les addictions, et commence sur l’explication des spécificités de chaque addiction, les troubles causées par celles-ci, les complications dans le comportement alimentaire qu’elles entrainent ainsi que les méthodes de prises en soins diététiques.

La formation insiste également sur l’importance de travailler conjointement avec les autres services concernés afin de répondre au mieux aux besoins du patient et que tous aient conscience de leur rôle dans la prise en charge.

L’après-midi sera consacrée aux troubles psychiatriques et TCA, avec, comme pour le reste de la formation : des débriefs et partages d’expériences permettant à tous de se nourrir du vécu professionnel des autres et mettant en avant l’importance de mieux comprendre pour mieux soigner.

L’accès à de nombreuses ressources et supports de travail à appliquer dans son service font que cette formation permet une réelle prise de conscience et une facilité d’application pour la suite. Le but n’est pas de changer drastiquement sa façon de faire mais plutôt de prendre le recul nécessaire et de nourrir ses suivis diététiques et les prises en charge de patients, tous différents, qui méritent donc tous un traitement différent.

 

Pour conclure cette formation, l’alternance des supports pédagogiques ainsi que la remise en cause des solutions classiques, la mise en avant de certains comportements alimentaires et l’introduction à la pleine conscience alimentaire font qu’on ne peut sortir de cette formation autrement que légèrement perturbé mais enclin à réfléchir d’autant plus à toutes ces problématiques. Marie-Laure propose beaucoup de ressources supplémentaires pour continuer de creuser et se met à la disposition des apprenants pour répondre à toutes les questions et continuer le partage par mail. Ces deux jours de formations sont un bon moment d’ouverture, de réflexions et de partage.

 

Merci pour cette formation